Bilan énergétique… Dépenser moins (d'énergie) pour produire plus et mieux !

En cette période de transition écologique, toutes les initiatives visant à économiser les moyens de produire de l'énergie sont bienvenues. C'est ici qu'intervient la notion globale de bilan énergétique. Un sujet un peu ardu mais passionnant, surtout si l'on se préoccupe de l'état de la terre que nous laisserons à nos enfants…

 

Bilan énergétique. L'important est de voir où penche la balance !

 

Bien qu'assez complexe, le concept de bilan énergétique peut se résumer de façon assez simple :

Le bilan énergétique est le résultat du rapport entre la quantité d'énergie dépensée pour produire une énergie finale et la quantité de l'énergie produite.
 

Un exemple pour mieux comprendre :

Dans les années 30, les gisements pétroliers étaient encore peu profonds et abondants. Les machines de forage n'avaient pas besoin de beaucoup d'énergie pour puiser le pétrole. L'équivalent d'un baril de pétrole leur suffisait alors pour extraire 100 barils. Le bilan énergétique était alors très largement positif : 100 barils extraits avec un seul baril.

Depuis cette époque, les choses ont bien changé. Le pétrole aujourd'hui se situe dans des strates beaucoup plus profondes, et il faut aller le chercher très loin. D'où le nécessité de recourir à des dispositifs de forage toujours plus puissants et consommateurs d'énergie.

Résultat : le bilan énergétique du pétrole est désormais bien moindre (et c'est peu de le dire). L'équivalent d'un seul baril ne permet de produire aujourd'hui que 15 barils au lieu des 100 barils produits en 1930 !

 

Le Bilan énergétique. Ecologique, économique et politique !

 

Les gouvernements du monde entier et les fournisseurs d’électricité ont pris pleine conscience des enjeux que constitue une recherche de meilleurs bilans énergétique, conjugués à des critères environnementaux.

A l'heure où les énergies primaires fossiles – charbon, pétrole gaz - sont encore largement utilisées pour produire de l'énergie finale (c'est-à-dire l'énergie que vous utilisez), la tendance est de voir leur importance diminuer au profit d'énergies primaires moins polluantes ou totalement propres et surtout inépuisables et plus facilement exploitables.
 

Les énergies non renouvelables font de la résistance !

L'avenir nous dira si ces énergies nouvelles largement utilisées peuvent représenter une alternative solides aux énergies non renouvelables en terme de bilan énergétique.

Car même si elles ont l'avantage de battre à plate couture les "vieilles" énergie en terme d'émission de CO2 et de gaz à effet de serre, elles doivent encore prouver qu'elles sont capables de supplanter leurs aînées dans la production d'énergie finale.

 

Un débat qui divise : le bilan énergétique de la voiture électrique…

Bilan énergétique

Certes, au niveau du conducteur, le bilan énergétique du véhicule électrique est exemplaire: la quantité et le coût d'électricité nécessaire pour le faire rouler sont quasiment nuls. De plus il ne rejette en roulant aucun CO2 dans l'air.

En revanche, la fabrication de cette même voiture électrique a nécessité presque deux fois plus d'énergie que celle d'un véhicule essence ou diesel*. Un différentiel dû notamment à la fabrication de la batterie qui exige l'extraction de ressources fossiles rares et coûteuses comme le cobalt et le lithium.

 

Peut mieux faire, en attendant…

Le bilan énergétique global du véhicule électrique a donc encore devant lui d'importantes marges de progression.
*(Source ADEME) rapport 2013 Analyse du cycle de vie comparative véhicule électrique, véhicule thermique

Mais le jour où la balance s'inversera, c'est à dire au moment où la voiture électrique, depuis sa fabrication jusqu'à son utilisation, affichera un bilan énergétique supérieur à celui de ses aînées thermiques, la transition énergétique aura franchi un pas de géant ! Et la planète ne s'en portera que mieux !

 

Un autre bilan énergétique, plus facile à maîtriser… !

 

Peut-être qu'en lisant le titre de cet article, vous pensiez trouver des informations sur "l'autre" bilan énergétique, celui qui doit être obligatoirement fourni lors de la vente ou la location d'un bien immobilier.

Ce bilan-là, autrement nommé Diagnostic de performance énergétique, évalue la consommation d’énergie d'un logement et son impact en terme d’émissions de gaz à effet de serre. En cela, on peut effectivement le qualifier de bilan énergétique, au même titre que ceux dont nous parlions plus haut.

Au final, qu'il s'agisse d'un concept global lié aux ressources énergétiques de la planète, ou d'un diagnostic de quelques pages établi pour une transaction immobilière, l'enjeu du bilan énergétique est constant : améliorer les économies d'énergies tout en favorisant  les énergies propres et renouvelables !

Cet article vous a plu

- 8%

sur vos consommations d'électricité(1) !

Je profite de l'offre !
Sur le même thème