L’ADEME mise sur l’électrique et les carburants alternatifs pour lutter contre la pollution causée par les transports

Les transports, et tout particulièrement les voitures, représentent une source importante d’émission de CO2. C’est à ce titre que l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie milite pour le développement de carburants alternatifs et de la voiture électrique. Plus que d’accompagner et soutenir des initiatives écologiques et responsables, l’agence espère changer la façon même dont nous faisons usage de notre voiture.

 

Le transport : une source de pollution majeure 

Le secteur des transports est l’une des sources principales de pollution en France. En 2014, le secteur représente à lui seul 32.5 % de la consommation finale d’énergie et 39 % des émissions totales de CO2 (source chiffres clés de l'étude juillet 2017 ADEME). Or parmi les transports, la route est la grande majoritaire avec près de 80 % des consommations de ce secteur. L’Agence de l’Environnement et de la Maitrise de l’Energie (ADEME) estime aussi que 95.2 % des émissions de CO2 du secteur des transports reviennent au seul secteur routier.

 

La question des transports, et tout particulièrement du transport routier, est donc primordiale quant à la lutte contre les émissions de gaz. Entre 1990 et 2010, les émissions de CO2 du transport routier ont augmenté de 8,85 %, ce qui vient souligner l’importance à accorder à ce secteur. Les voitures représentant plus de 60 % des consommations du transport routier, elles sont un élément clé quant à une approche plus responsable et écologique des transports. 

 

 

Favoriser des voitures plus propres 

L’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie est un établissement qui participe à la mise en œuvre des politiques publiques dans les domaines de l’environnement, de l’énergie et du développement durable. A ce titre, elle conseille aussi bien les pouvoirs publics que les entreprises, les collectivités locales ou le grand public. Elle peut aussi aider au financement et à la réalisation de certains projets liés à ses domaines de compétence.

 

De cette nature, l’ADEME s’intéresse donc tout particulièrement à la question des transports. L’agence soutient la diversification du mix énergétique des transports, c’est-à-dire une diversification des sources d’énergie utilisées par les transports et donc l’ouverture à des carburants autres que l’essence et le diesel. Pour cela, l’organisme soutient, aussi bien sur le plan national que local, des initiatives et des appels à projets qui favorisent le recours à des carburants alternatifs et à l’électromobilité. L’ADEME participe notamment au développement de bornes de recharge qui permettront une meilleure implantation des voitures électriques. L’agence ne se limite pas à la seule question de l’électrique et s’intéresse aussi à la filière gaz (le GNV) et à la filière hydrogène.

 

 

Transformer le comportement des automobilistes

L’ADEME a conscience que le développement de la mobilité électrique ne passe pas uniquement par une augmentation du nombre de voitures électriques. Cela passe aussi par des infrastructures adaptées d’où le soutien à des initiatives d’implantation de bornes de recharge. Rien que pour la région PACA, l’agence estime à plus de 1200 le nombre de points de recharge qui pourraient être déployés grâce aux appels à projets qu’elle soutient. 

 

D’une manière plus générale, c’est l’usage même de la voiture qui est amené à être remis en cause. Pour l’ADEME, la transition écologique engagée par les carburants alternatifs doit aussi s’accompagner du développement de services d’autopartage ou de covoiturage. Tout en continuant à soutenir les initiatives en faveur d’une diversification du mix énergétique pour les transports, l’ADEME appelle donc à une réflexion plus globale sur les changements de comportement et les nouveaux usages qui accompagnent et rendent possible le développement de véhicules plus écologiques.

Cet article vous a plu

- 8%

sur vos consommations d'électricité(1) !

Je profite de l'offre !
Sur le même thème