Aide et contact
Pas encore happ-e ?
On vous aide à souscrire au :

Du lundi au vendredi de 9h à 18h et le samedi de 9h à 17h.

Appel gratuit.

Déjà happ-e ?
Contactez-nous par email, chat ou par téléphone

Aides économie d'énergie : pour quels types de travaux sont-elles accordées ?

Améliorer la performance énergétique de votre logement est une bonne solution pour faire de réelles économies tout en ayant moins d’impact sur l’environnement. Prime CEE, crédit d’impôt pour l’isolation, subventions de l’ANAH… Les aides à l’économie d’énergie sont nombreuses et variées. Happ-e vous aide à faire le tri, et à trouver les aides qui correspondent à votre projet.

 

Qui bénéficie des aides économie d’énergies et pourquoi ?

 

Réussir la transition énergétique est aujourd’hui une réelle volonté du gouvernement français, incarnée par la mise en place de la loi sur la Transition énergétique du 18 août 2015. L’objectif est de développer les énergies renouvelables tout en réalisant des économies d’énergie sur tout le territoire afin de limiter l’impact sur l’environnement, notamment en réduisant l’émission de CO2. Une politique plus écologique, mais aussi plus économique, et qui peut se révéler très avantageuse pour les particuliers. En effet, l’Etat espère 500 000 rénovations énergétiques chaque année jusqu’en 2020.

Pour cela, il accorde, sous conditions, des aides économie d’énergie aux ménages qui souhaiteraient réaliser des travaux de rénovation et mieux équiper leur habitation afin de limiter leurs dépenses énergétiques. Vous pouvez bénéficier de ces aides que vous soyez locataire ou propriétaire, du moment que vous remplissez tous les critères et que les travaux concernent l’isolation du logement ou la mise en place d’un système de chauffage plus écologique et économique.

Cependant, il est important de noter que seuls les propriétaires peuvent bénéficier des subventions dispensées par l’ANAH, l’Agence Nationale de l’Habitat ainsi que des aides concernant les copropriétés. De la même manière que certaines aides sont ouvertes à tous, tandis que d’autres sont réservées aux foyers ayant des revenus plus modestes. Dans tous les cas, améliorer les performances énergétiques de votre logement vous permettra de bénéficier de plus de confort au quotidien, d’augmenter la valeur de votre bien immobilier, mais aussi de faire de réelles économies financières, surtout si vous optez en parallèle pour une offre électricité avantageuse.

 

De quelles aides peut-on bénéficier ?

 

aide économie énergieIl existe de nombreuses aides pour l’économie d’énergie qui vous permettent de réaliser différents types de travaux dans votre logement.

Parmi les différentes aides accordées par l’Etat, on retrouve tout d’abord la prime énergie, qui est accordée dans le cadre des CEE, les Certificats d’Economie d’Energie. Cette prime CEE, qui peut atteindre un montant de 2 500 euros selon vos revenus, est versée lorsque vos travaux de rénovation énergétique sont réalisés par une entreprise labellisée RGE.

Ces travaux peuvent concerner l’isolation des murs, des fenêtres et des toits, l’éclairage, l’achat d’une nouvelle chaudière ou d’une pompe à chaleur, mais aussi la mise en place d’une nouvelle ventilation.

Vous souhaitez bénéficier d’un crédit d’impôt pour l’isolation de votre logement ? On retrouve aussi un dispositif fiscal, le CITE, le Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique, qui peut donner un véritable coup de pouce, notamment pour l’aide à l’isolation.

Selon le type de travaux, vous pouvez bénéficier d’un crédit d’impôt qui va de 15% à 30% du montant de vos dépenses. Il peut s’élever jusqu’à 16 000 euros pour un couple. En revanche, ces travaux doivent être réalisés par un professionnel certifié RGE, et concerner votre habitation principale, qui doit avoir été construite il y a plus de 2 ans. Les travaux éligibles au CITE, permettent de bénéficier d’une TVA à taux réduit à 5,5%. Cela concerne par exemple l’achat d’équipement améliorant l’isolation du logement ou encore l’achat d’une nouvelle chaudière à condensation.

Vous pouvez également avoir accès à un éco-prêt à taux zéro pour vous lancer dans votre rénovation énergétique. Dans ce cadre, il est possible d’emprunter jusqu’à 30 000 euros. Suite à ce premier prêt, vous pouvez demander un éco-prêt complémentaire. Bon à savoir, le CITE est cumulable avec l’éco-prêt à taux zéro.

Pour les personnes ayant des revenus plus modestes, il existe d’autres aides. Il est par exemple possible de toucher un chèque énergie, dont l’objectif est d’aider à régler la facture d’énergie. Il est nominatif et peut aller de 48 euros à 227 euros. Il existe aussi le dispositif « Coup de pouce économie d’énergie », qui durera jusqu’à fin 2020. Il remplace les tarifs sociaux, qui étaient le TSS pour le gaz et le TPN pour l’électricité, depuis le 1er janvier 2018. Ce dispositif concerne deux types de travaux. D’une part, cela peut être le remplacement d’une chaudière au fioul par un équipement plus moderne et utilisant une énergie renouvelable, comme une chaudière biomasse, une pompe à chaleur ou encore un système solaire combiné. D’autre part, il peut s’agir de travaux visant à isoler les combles.

L’Anah, quant à elle, a mis en place le programme « Habiter mieux » pour les propriétaires possédant un logement ayant plus de 15 ans. Selon vos ressources, vous pouvez bénéficier d’un financement allant jusqu’à 50% du montant de vos travaux hors taxe, et toucher la prime « Habiter mieux » qui s’élève à 10% de vos dépenses hors taxe, si cela vous permet d’avoir un gain énergétique d’au moins 25%. Pour les travaux de toiture, l’aide ANAH, par exemple, peut représenter un véritable atout financier.

D’autres aides énergie existent, comme l’exonération de la taxe foncière, l’aide de la caisse de retraite ou encore les différentes aides accordées par les collectivités locales. N’hésitez pas à vous renseigner pour être sûr de connaître toutes les subventions auxquelles vous avez droit.